Qui sommes nous ?



Nous sommes un couple d'heureux retraités.
Marie Louise, de l'enseignement, Jean Charles, du secteur bancaire.

Marie Louise est née dans la maison paternelle du village, élevée par ses parents dont la générosité et l'intelligence du cœur ont rayonné au-delà du canton.

Nous aimons vivre entre Ajaccio et Tasso pour assouvir nos quelques passions simples, partagés entre la nature et les randonnées dans le Taravo, la musique, lyrique en particulier,  écoutée dans le cadre confortable de nos maisons et lors de nos déplacements de vacances, et... nos petits-enfants qui partagent avec nous cet esprit de village de montagne.

Notre esprit est resté le même, encore plein de curiosité. C'est sans doute ce qui nous a poussé à restaurer ces bâtisses pour y accueillir des hôtes le temps de quelques nuits et pouvoir partager avec vous. 

Notre ambition est de vous accueillir avec simplicité comme nous le faisons avec nos amis et proches, en leur offrant quelque chose d'authentique, sincère.
Nous vous proposerons quelques jours de détentes et de repos dans le cadre de nos 4 gîtes, afin de lâcher prise et s'échapper de la frénésie du quotidien pour se ressourcer dans les montagnes corses.

Souffler et se ressourcer !

Quelques mots en témoignage

Un couple d'hôtes qui a séjourné chez nous, a ainsi porté sur notre livre d'or :
" Marie Louise et Jean Charles ont consacré du temps, de la passion et beaucoup de goût à la création de ce qui est pour eux, plus qu'un gite: un fragment, un éclat de la terre corse est donné à vivre pour quelques jours aux visiteurs.
Ils ne veulent pas convaincre, mais seulement témoigner des raisons de leur enracinement à travers une rencontre avec le berger des Pozzi, une grillade au bord de la rivière, un chant polyphonique.
Leur hospitalité, leur intelligence facilitent un accès immédiat à des paysages somptueux, à la gentillesse des habitants du village.
Au-delà, on peut entre apercevoir une réalité plus complexe, une spécificité plus insaisissable.
On emporte le souvenir des montagnes et du maquis, des gens qui y vivent en sachant qui ils sont. Peut être trop? Et pourquoi ils sont là".
Les auteurs de ces propos se reconnaîtront.
Nous avouerons humblement que nous nous retrouvons dans ces quelques lignes.